Plaque Edo du Palais d’Oba

 

Edo (Royaume de Benin) - NiGERIA

Fin 19ème - Bois - H. 46 cm

Provenance :

Saisi au Palais de l’Oba durant l’expédition punitive britannique en 1897 

Collection de Sir Ralph Denham Rayment Moor (1860-1909), Commissaire et Consul-Général du Protectorat de la Côte du Niger (1896-1900); Haut-Commissaire du Protectorat du Sud Nigéria (1900-1903) 

En prêt au British Museum, 1898 

Collection Miss M. Spicer 

Vente Sotheby & Co., London, « Primitive Art & Indian Sculpture », 14 juillet 1970, lot 159

Collection Charles Ratton, Paris 

Collection privée, Munich

Publications :

Felix von Luschan, Hans Meyer. Die Altertümer von Benin. Berlin: Staatliche Museen zu Berlin, 1919, p. 105, n° 189 

Sotheby & Co., London, Primitive Art & Indian Sculpture, 14 July 1970, lot 159 (illustré)

Karl-Ferdinand Schädler, Afrikanische Kunst: eine Ausstellung der Stadtsparkasse München (African Art: An Exhibition of the Stadtsparkasse, Munich), München, Die Sparkasse, 1976, p. 196, fig. 269 

DESCRIPTION

Ces plaques étaient destinées à décorer les colonnes en bois du palais Royal à Bénin. Les bords latéraux, modelés à angle droit pour s’appliquer sur le bois, étaient percés de trous après la fonte, trous obtenus au moment où l’on enfonçait des clous pour les fixer. Voilà un parfait exemple de la grande technicité artisanale des orfèvres de la cour de l’Oba à cette époque: on voit un dignitaire  (ou peut-être l’Oba lui-même) représenté en haut relief portant l’épée de cérémonie dont le manche est moulé en ronde-bosse.

Les moindres détails sont parfaitement rendus, notamment le petit masque pendentif porté au baudrier. Cet objet décoratif de prestige servait à indiquer le statut et le rang des notables du royaume dont les trois grandes associations masculines avaient leur siège au palais de l’Oba. C’est seulement lorsqu’un homme atteignait les rangs les plus élevés de la hiérarchie qu’il commandait des ornements de ceinture en cuir et un masque comme celui-ci, qu’il fixait sur sa hanche gauche. Bien que ces masques ornementaux soient encore produits par les membres de la guilde des bronziers Igun Eronmwon, il n’existe pas de consensus au sujet de l’identité du personnage représenté. Des chaînes sont fixées à sa partie inférieure. Quand le dignitaire faisait tournoyer son épée en l’honneur de l’Oba, le tintement de ces chaînes de métal venait renforcer la portée spectaculaire de son hommage.

Cette plaque est l’une des 304 pièces que Sir Ralph Moor prêta au British Museum après leur saisie dans le Palais de l’Oba en 1897. 203 de ces pièces furent données à cette institutions tandis que les autres furent offertes en vente à des musées, des collectionneurs et des marchands européens.

Crédits photos : Philippe de Formanoir - Studio Paso Doble